31.1.10

Workshops for Modernity



Le Bauhaus, école indubitablement reliée à l'avènement de la modernité en arts, est une des institutions pédagogiques les plus marquantes du 20e siècle. Non seulement ses professeurs et élèves furent notables et influents, mais leurs philosophies et mode de vie sont encore aujourd'hui digne d'intérêts tout à fait contemporains.

Ce qui me stimule, moi, autour des idées nouvelles développées entre les murs de l'école de Weimar puis Dessau, c'est le concept fondamental de communauté. Le bâtiment phare, conçu par M. le directeur Gropius, est ordonné en ce sens. Les salles de classes, les espaces publics et les résidences ont été pensés pour s'allier autour du partage de la vie commune. À ce qu'on dit, les relations professeur-élèves étaient tout ce qu'il y a de plus utopique dans l'égalité et le respect. Mais ce qu'il y a de plus fascinant encore, c'est que tout ces efforts de communauté étaient déployés afin d'apprendre et ultimement de produire ensemble des réalisations se rapportant à l'oeuvre d'art totale.
Oeuvre d'art totale? Oui, cette idée de rassembler le travail artisanal des différents matériaux aux connaissances techniques de la forme et de la couleur pour créer un produit qui réunirait le plus de disciplines artistiques ensemble. Aux débuts de l'école, durant les années à Weimar, le projet final regroupant tout les profs et étudiants était d'ordre architectural, comprenant des objets, des textiles, des design et tout le tralala pensé et construit pour faire partit du tout que formait une maison. Puis plus tard, l'école produisit pièces de théâtres et ballets à l'image de la Gesamtkunstwerk de Wagner.



Wassily Kandinsky

Lithographie pour le 4e dossier Bauhaus , 1922


Bref, grosse expo sur le Bauhaus au MoMA cet hiver, en fait la seule rétrospective importante depuis les années 30. On y voit des devoirs et horaires d'étudiants (quand Kandinsky est votre enseignant du cours Forme et Couleurs à 2h30), projets finaux en textiles et autres, design de costumes et d'objets semblant tout droit sortis de chez IKEA (en fait, comme nous conseillait ma professeure d'art moderne, le meilleur endroit pour comprendre le style Bauhaus est d'aller faire un tour chez la multinationale suédoise du meuble), et une sublime sélection d'oeuvres des enseignants. Évidemment on peut admirer la fameuse chaise de Buer et toutes ses variations, s'attarder sur les divers plans explicatifs du complexe de Dessau, et admirer certains chef d'oeuvres des Kandinsky, Klee, Itten, Moholy-Nagy et autres. Le tout dans une mise en exposition divertissante, colorée et variée. Les salles sont bien balancées entre meubles, photos, objets et dessins de toutes sortes, bref aucun ennui en vue. Seul hic: peut-être un manque de pédagogie (surprenant?) de la part du musée. Les panneaux explicatifs ne sont pas exhaustifs, et il faut presque les chercher au travers des salles pour mieux suivre l'évolution temporelle entre les différentes phases de l'école, qui sont d'ailleurs un moyen essentiel pour mieux comprendre l'évolution des concepts et idéologies modernes.

Il est trop tard pour visiter l'expo qui vient de se terminer au Museum of Modern Art de New York, mais pour les intéressés plusieurs publications sont accessibles, comme le catalogue de l'exposition (cher mais très beau livre). Sinon, le site de l'expo est toujours disponible sur le net, et il offre à lui seul une belle vue d'ensemble sur ce que vous avez manqué.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire