29.3.10

Music Mondays @ UO

 @


cette semaine, c'est pas mal bon

27.3.10

Big Alma

Jeudi dernier, à l'occasion du Festival International du Film sur l'Art, avait lieu une des deux représentations possibles du documentaire Big Alma.

Oui, grosse Alma.

Alma Schindler, Alma Mahler, Alma Gropius, Alma Werfel. Cette autrichienne a eu ce qu'on appelle une vie bien remplie. Née au début du siècle à Vienne, d'un père peintre, elle fut rapidement introduite aux tables de discussions des sécessionnistes. Très jeune elle développa des talents pour le piano et aurait pu continuer une carrière de compositeure très prometteuse si elle ne s'était pas mariée à un homme ne lui laissant aucune liberté. C'était comme ça pour les femmes. Ironique, quand il était lui-même compositeur, et aurait pu favoriser le développement de ses aptitudes. Son premier baiser fut de Klimt lui-même. Puis elle fut rapidement mariée à Mahler (paraît qu'il était un mauvais amant), mais aussi amante de Kokoschka (il avait une poupée grandeur nature de son effigie). À la mort de Mahler elle se maria à un de ses amants de longue date, Gropius (meilleur que Mahler), et finalement divorcée et remariée à l'écrivain Werfel (laid mais très gentil, à ce qu'on nous a dit). 

Documentaire de 2007 réalisé par Susanne Freund, cette biographie m'a fait remarquer que les vieilles histoires de l'art n'attirent pas les jeunes gens. En tout cas pas les documentaire en allemand. J'avais l'impression d'être dans la même foule qu'à l'OSM. Ils sont où les universitaires? Peut-être à la maison, cassés à réviser leurs notes... 
Bref, le tempo était assez rapide, et bien que je soit bilingue, j'avais à peine le temps de lire les sous-titre, encore moins de profiter des images. Mais je suis contente de mieux connaître la vie de cette femme, qui non seulement a vécut au coeur des avant-gardes modernes, mais avait aussi une tête sur les épaules, du caractère, et beaucoup de talent. 


Il vous reste aujourd'hui et demain pour aller faire un tour au FIFA!




p.s. Follow my blog with bloglovin

26.3.10

Les imprimés de l'altermondialisme - partie II

(partie I - corrélations entre les motifs visuels de MIA, le message politique de Michael Jackson et la collection Marc by Marc Jacobs )

Je ne suis pas du genre à payer cher pour les vêtements. Je préfères ce qui est accessible pour ensuite le personnaliser . Par contre, le commerce équitable vaut l'investissement. Et me voilà en train de considérer une paire de ces petites merveilles. Mais merde, je les veux toutes! Mais merde, j'ai pas 150 dollars à dépenser dans une paire de petits souliers en toile comme j'en ai déjà dans chaque couleur de l'Arc-en-ciel! Bref... le léchage de vitrine virtuel de la semaine se fait chez OSBORN DESIGN :


OSBORNE Designs. Petite compagnie à échelle humaine siégeant dans le toujours aussi hip Brooklyn. Une équipe de 21 travailleurs au Guatemala payés raisonnablement qui travaillent dans un milieu sain, et avec des matériaux de provenance locale. Le commerce équitable quoi. Toutes ces chaussures sont magnifiques.

23.3.10

70 million

J'avais déjà vu au Belgo une expo de photos et performances filmées d'un groupe reconstruisant le Radeau de la méduse (gardant la pose sur le vidéo) qui m'avait vraiment impressionné. J'adore ce genre de trucs. Avec moins de budget, mais beaucoup plus sympathique, Hold Your Horses, groupe parisien (qui d'autre pour jouer à l'histoire de l'art, sûrement pas les américains), ont eux aussi réalisé un de mes fantasmes:




1.La sène - Da Vinci
2.La Naissance de Vénus - Botticelli
3.La leçon d’anatomie - Rembrandt
4a. le portrait du Roi Henri VIII - Hans Holbein
4b.Jeune fille à la perle - Vermeer
5.Radeau de la méduse - Gericault
6.La mort de Marat - David
7.La création d’Adam - Michel Ange
8.Le fils de l’homme - Magritte
9.? - Mondrian
10.Autoportrait - Frida Kahlo
11. ?
12.Le cri - Munch
13.Autoportrait - Van Gogh
14.Marylin Monroe - Warhol
15.Gabrielle d'Estrees - école de Fontainebleau
16.Maesta - Cimabue
17.Salomé et la tête de St-Jean Baptiste - Le Caravage
18.L'olympia - Manet
19.La liberté guidant le peuple - Delacroix
20.Portrait de Sylvia von Hardenn - Otto Dix
21.Le baiser - Klimt
22.La mariée - Chagall
23.Les Ménines - Velazquez
24.Les tournesols - Van Gogh

Ça serait un peu trop long de mettre toutes les infos des oeuvres et des images, alors vous irez chercher tout(e)s seul(e)s si le tableau ne vous dit rien.

Salluit. 2001

20.3.10

Alexander McQueen, I love you.

Alexander McQueen nous a quitté de son plein gré récemment, laissant derrière lui une armé de fans et d'admirateurs dans le deuil, mais aussi dans la curiosité. Sa dernière collection était pratiquement achevée lorsqu'il mit fin à sa vie. Au lieu de la présenter en défilé, ses proches ont favorisés une présentation privée sans la présence d'aucun média. Cette semaine, les images des morceaux sélectionnés pour la présentation ont été mis en ligne sur le site web officiel du designer, ainsi que sur style.com. La collection tourne autour de thèmes d'anges et de démons représentés dans l'art à travers l'histoire du moyen-âge et de la renaissance. On dit que les pièces démoniaques auraient été censurées (pour l'instant). Pourtant, elles étaient plus achevées que celles dévoilées (80% terminées selon style.com). J'aurais préféré voir concrètement comment McQueen exprimait ses démons intérieurs avant qu'ils n'aient raison de lui. Ce n'est pas par respect que ces gens ont cachés les vêtements, c'est par lâcheté.
Mais qu'à cela ne tienne, les quinze looks qui nous sont possibles de voir sont magnifiques. Pour une fille en Histoire de l'art qui aime la mode en tout cas, c'est une réalisation exemplaire.

(motifs inspirés du sculpteur Grinling Gibbons)

Des motifs dorés inspirés de l'art byzantin et chrétien, des imprimés riches, des coupes dignes de la royauté, McQueen avait de hautes intentions de dépasser ou du moins d'égaler ses créations précédentes, et la tâche fut réussie. (Il est où le 20% non terminé?)




Tout cela dit, je peux aussi vous annoncer que la collection restera longtemps imprégnée dans ma mémoire, puisque durant toute la semaine dernière je manquai de sommeil pour cause d'énigme digne d'un best seller de Dan Brown. Je reconnaissais bien Bosch dans une de ces robes. Mais une autre me donnait du fil à retordre. J'étais SÛRE d'avoir déjà vu cette toile quelque part. Au musée? Ou en cours? Certainement, à la quantité d'oeuvres visionnées sur powerpoint, mais DE QUI était-ce? Je me suis mise à ouvrir tout mes livres d'histoire de l'art, chercher sur toutes les galeries d'art en ligne, harceler tout mes amis dans mon programme (peu), mais en vain. Impossible de trouver l'oeuvre. J'avoue avoir reçu une aide de mes pairs précieuse dans le cheminement de la recherche, jusqu'à en arriver à être sûre qu'il s'agissait bien d'une toile de la renaissance nordique, avec un roi, un pape(?), des bannières début-renaissance et des pieds pointus vers l'intérieur comme seuls les peintre flamands peignaient. Van der Weyden? Possible mais il ne peint pas ses auréoles de cette manière ... etc. J'ai même pensé à me pointer au département avec mon portable pour trouver les profs spécialisés en Renaissance flamande.

Suite à une semaine d'obsession et de quasi-insomnie, je suis retournée voir les noms des artistes mentionnés sur le site (que j'avais déjà recherché, mais n'avait rien trouvé), et bang! Merci Web Gallery of Art, J'AI TROUVÉ!

Congratulations

"Hey everybody, the album leaked, and we wanted you to be able to hear it from us. We wanted to offer it as a free download but that didn't make sense to anyone but us" -MGMT



ils sont gentils. Ecoutez légalement l'album intégral (pas encore sorti) ici

19.3.10

Collector


Here we go Magic - Collector
à télécharger ici

Waskaganish. 1979



8.3.10

Girls sing indie rock

En ce 8 Mars jour international de la femme, une petite ode à la présence féminine dans les groupes de musique indépendante


Ève Gravel et autres à la SMM18

J'ai passé Mardi dernier la plupart de ma journée à la Semaine de la Mode de Montréal. Evénement relativement important pour la culture et le monde de la création, mais surtout particulièrement hautain pour le gratin des petites célébrités. Le snobisme était nettement au rendez-vous, et croyez-moi quand je dis que la foule était loin d'être des plus sympathiques. Tant mieux pour ceux qui disent s'y sentir à l'aise, mais j'en ai déduit que les univers sélect ne sont pas pour moi. Non mais sérieusement, et aucune créativité dans les tenues non plus. Bref, les quelques défilés du début de la journée ont été plus que décevants. Durant Cocolily (1), ça sentait le parfum trop sucré tandis que les modèles se dandinaient beaucoup trop et nous donnaient une prestation des PIRES faces ever dans leurs outfits mal ajustés. C'était du Betsey Johnson mais en plus kitsch et moins bonne qualité, sinon au moins le show a eu le mérite de faire jouer du MIA. Je n'ai pas assisté à Haricanna + Chlorophylle, moi les défilés de chalets de ski... bof. Le défilé Envers (2) m'a fait rigolé du début à la fin tellement la thématique Indochine et les petits chapeaux de feutres (lire: animal mort sur la tête) manquaient de sérieux. Du vrai LAID. Et je vous jure! Un des mannequins marchait comme s'il avait un balai bien planté entre les deux fesses, où qu'il se rendait en urgence aux toilettes. Et puis Din Bà (3) était pour moi le summum du mauvais goût, avec des tissus tout droit sortis de la glorieuse rue St-Hubert ou des mélanges de trop-scintillant et flammes rouge et noir. Bodybag et Jude (3) m'ont par contre réconciliée avec les talents d'ici, avec la plus intéressante collection de glamour mixé à des oiseaux morts. Et une mention à feu Alexander McQueen.
(Cocolily)

(Envers)


(Din Bà)

(Bodybag)

Et puis finalement, le défilé pour lequel je me suis fait écrasée par la foule anti-sympathique toute la journée, le seul défilé que j'attendais avec intérêt, eh bien, il en a valu la peine. La nouvelle collection d'Ève Gravel.
Sur une musique endiablée des Doors, les modèles ont dévoilés l'univers rétro sixties adapté à une modernité certaine. Des tissus noir, rayés ou léopard, glamours et accessoirisés de bérets parisiens, de gants de moto, de bottes militaires et de collants à plumetis. Un remâchage des tendances dentelle, cuir et imprimé animal mais très bien fait et digne d'une collection au Urban Outfitters. De magnifiques petites robes, jupes aux genoux, chemisiers, vestons courts et pantalons dans des coupes garçonnes tout en restant féminines, j'adore. Le bon goût sobre, c'est à ça que ça ressemble. Et je vous jure (une autre fois)! Je portais des pantalons pareils que ceux sur le catwalk. Tu parles d'une fille avant-gardiste.


photos: SensationMode

Une mention à certaines filles reconnues durant l'événement, que je ne nommerai pas, mais qui m'ont semblé bien hautaines... C'est bien beau la mode à Montréal, mais pas la peine de monter sur ses grands chevaux pour avoir l'air de quelqu'un.
Ah et je n'ai pas eu mon sac de trucs gratuits! Moi qui est encore sur le maquillage de ma mère...
Ève Gravel, c'est toi la meilleure


P.S. Guillaume Alcaraz a de belles photos des collections de Denis Gagnon et Philippe Dubuc, les deux autres designers montréalais talentueux dignes de mention (ok je suis quand même sévère, ils méritent d'être moussés)

1.3.10

BleuBird Vintage

Adresse à découvrir de la semaine: Bleubird Vintage. Très joli site, prix acceptables et super sélection d'accessoires et de chaussures vraiment pas si chères, c'est à rajouter dans les signets