10.12.10

portraits d'histoire de l'art: l'Olympia de Manet

Édouard Manet. 1863. Olympia. h/t. 130 5 cm × 190 cm. Musée d'Orsay, Paris.

Manet, Manet, Manet, ce que je t’aime. Il y a quelque chose dans ton style pictural qui me fait dire que c’est tout simplement l’accord parfait entre la ligne claire et la touche pâteuse. Même Blair de Gossip Girl fantasme sur le déjeuner sur l’herbe (épisode 01 saison 04).


Ici prend forme le début d’une nouvelle chronique (mensuelle?) sur Synesthésie et compagnie. Je trouvais depuis un certain temps que je ne prêtais pas assez attention à plusieurs arts qui me sont pourtant chers. Je suis, après tout, étudiante en histoire de l’art, et j’ai ouvert cette tribune au départ aussi pour pratiquer mes ô combien grands talents d’écriture. Bref, ça fait un temps déjà que j’ai eu l’idée de vous présenter des grands classiques de l’histoire de la peinture occidentale que j’apprécie particulièrement, et le pourquoi du comment de ma sélection. Un petit peu de belle peinture, une fois par mois, ça ne vous fera pas de tort.

Je commence donc avec une toile que j’affectionne particulièrement depuis que j’en connais l’analyse et le contexte. Voilà un autre exemple qui pour moi prouve que je vois la beauté là où j’en comprends le sens. Je vous explique l’Olympia d' Édouard Manet.

Alexandre Cabanel. 1863. La naissance de vénus. 130 cm × 225 cm. Musée d'Orsay, Paris.
Où commencer?
Manet s’est fait donner le titre de chef de file des impressionnistes plusieurs fois plutôt qu’une. Au moment où il peint ses premières toiles, l’habitude est aux académies bien léchées. Voyez ci-haut une toile de Cabanel peinte la même année que l’Olympia (facile de voir que les deux peinture ont très peu en commun sauf la date et la fille toute nue). On favorise la virtuosité des peintres par la technique de glacis, la perspective linéaire, les sujets mythologiques ou bibliques. Mais Manet est un enfant de la nouvelle génération, et suivant plutôt l’héritage des réalistes, préfère peindre des sujets plus près de sa réalité et d’une manière qui laisse entrevoir la matérialité de la peinture. Ce sont là les deux choses qui feront de lui un exemple à suivre pour les impressionnistes, mais aussi un refusé (i.e. il se fera constamment refuser d’exposer ses toiles au Salon officiel de l’Académie, seule instance de diffusion des œuvres jusqu’ au milieu du 19e siècle en France).

Dans l’Olympia, Manet ne peint pas l’allégorie de l’amour ou de déesse grecque aux proportions parfaites. Il peint une prostituée attendant son prochain client. Les pantoufles aux pieds et le collier au cou, la coiffure, la servante apportant les fleurs et la main cachant le sexe plutôt que l’exposant sont tous des exemples en faveur de cette hypothèse. Disons que les bourgeois amateurs d’art n’avaient pas l’habitude de se retrouver devant une travailleuse du sexe les fixant du regard, sans aucune gêne. Le nu acceptable était plutôt ceci (dont Manet s’inspire, très clairement, pour en dévier le sens) :

Le Titien. 1538. La Vénus d'Urbin. 119 × 165 cm. Gallerie des offices, Florence.

Manet ne peint pas non plus l’Olympia en lui lissant la peau bien rose comme sur la Vénus D’Urbin. Il contraste les blancs durs teintés de vert jaunâtres avec un trait contour épais et noir. Inspiration du japonisme? Peut-être. Les critiques diront de son teint qu’elle semble malade, sale. Le peintre laisse aussi tomber le concept de fenêtre ouverte sur le monde qu’est la perspective linéaire parfaite et le mimésis, pour plutôt favoriser les aplats de peinture et les rabattements, qui donnent un début d’aspect 2D au tableau (on a qu’à penser à Gauguin pour bien se figurer ces techniques).


Ce tableau, je l’ai vu en cours d’analyse d’œuvre d’art, peinture du 19e siècle, impressionnisme, approches iconographiques, et j’en passe. C’est ce qui peut se nommer comme une œuvre charnière, annonçant la peinture moderne. Au départ je ne portais que peu d’attention à Manet. Pas mon genre, la vieille peinture. Mais j’ai compris que, au contraire, Manet avait été de son temps tout sauf vieillot. Et c’est en apprenant de mieux en mieux le contexte historique et la réception désastreuse de l’Olympia que j’ai pu y voir une œuvre révolutionnaire. À force de la fixer en diapo, je l’ai trouvé magnifique.



1 commentaire:

  1. J'adore ton blog. En fait, je trouves qu'il se distingue énormément des autres blogues. Tu mélange arts et mode et je trouve ça formidable que quelqu'un mêle enfin ces deux types d'arts. J'ai moi aussi étudié en histoire de l'art, je trouve donc cela très intéressant. Comme toi, je suis vraiment épuisée de voir toutes ces blogueuses qui font la moue dans leurs photos, qui nous présentent des morceaux hors de prix et qui tentent de nous convaincre de les acheter alors qu'elles sont victimes des compagnies et ainsi qu'elles reçoivent ces morceaux gratuitement ou presque. Je trouve que les blogues deviennent de plus en plus des copies les uns des autres. Il suffit de parcourir 4-5 blogues et de voir qu'ils parlent tous de la même chose et nous présentent tous le même type de morceaux. Il n'y a que la compagnie avec qui ils sont associés qui changent et encore là...
    Je trouve ça dommage car ces blogueuses finissent par se créer des liens avec de véritables magazines (Elle, Loulou et autres) alors qu'il n'y a aucun effort à faire dans le fait de copier les idées d'une autre blogueuse. Ainsi, je perd de l'intérêt pour les magazines de ce types car on n'y retrouve de moins en moins de professionnalisme vu qu'ils collaborent de plus en plus avec des blogueuses. Pour le fait de copier, je m'explique. Par exemple, si Marilyn dévoile dans son blog que le nouveau gloss de Chanel est maintenant en vente et que je n'étais pas au courant, je n'ai qu'à reprendre cette information, aller chercher une photo sur le site de Chanel du gloss en question, écrire quelques lignes en disant à quel point ce gloss est formidable, révolutionnaire et tendance et hop, l'information est devenue mienne. Le cercle vicieu est enclenché. Je trouve que les blogues manquent beaucoup de culture et de professionnalisme. Bien sûre le tien n'en fait pas parti et c'est pourquoi je te félicite.
    Merci pour ton originalité!

    RépondreSupprimer