22.9.11

Scenes from the Suburbs - le film



Pop-Montréal est le meilleur festival parce qu'il est le plus complet. Sur la place des festivals cette semaine on pouvait venir assister à la projection gratuite, entre autres, du court métrage de Spike Jones inspiré du récent album The Suburbs d'Arcade Fire. Produit dérivé du vidéoclip du même titre sorti il y a presque un ans, le film de Jones nous permet de replonger dans la même atmosphère, seulement pour un peu plus longtemps. On ressort du court métrage avec les mêmes questionnements et le même sentiment de malaise que du vidéoclip. Selon moi, c'est réussi. 

Inspiré de la banlieue texane de l'enfance des frères Butler, le film est campé dans un contexte familier pour plusieurs. Mais à cette banale vie adolescente se greffe une situation politique que les nord-américains n'ont jamais connu: la guerre civile. Le film de Jones choque en confrontant des images qui nous évoquent souvenirs de jeunesse et des scènes de brutalité et d'abus de pouvoir, mais surtout d'angoisse généralisée.

Selon moi (et comme je l'ai déjà mentionné), il y a des liens à faire avec le vidéoclip Born Free de MIA réalisé par Romain Gavras. Ce qui me tracasse, c'est la citation de Win Butler sur le film qui ne fait aucunement allusion à une critique ou un commentaire anti-militariste. Je n'ai d'ailleurs lut nulle autre part de billet/article notant la même importance à ce caractère. Tout le monde semble se concentrer sur le storyline des ados. Est-ce que je politise trop tout ce que je vois? Mais sinon, pourquoi inclure le facteur armée s'il n'est que figurant? Il est vrai, par contre, que la beauté du film est grandement due à la réussite du jeu d'acteurs et à la réalisation plus que réaliste de Jonze. Au final, le film reste marquant pour moi peut-être pour une raison différente de celle qui a animé ses créateurs à sa production.



En tout cas, ce soir, c'est à la place des festivals que toute la ville de Montréal se retrouvera. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire